Fruits Basket,Perfect Edition, 2


Livres, Mangas / jeudi, septembre 19th, 2019

Titre : Fruits basket Perfect Edition, volume 2
Autrice : Natsuki Takaya
Edition : Delcourt/Tonkam
Prix : Toujours merci à Peachy !

Attention, cet article peut contenir des spoilers pour les personnes qui n’ont pas lu le livre.
Pour voir l’avis des deux premiers tomes, c’est par ici : Fruits Basket – Perfect Edition : tome 1

Et oui, j’ai enchaîné la lecture de ce tome 2. Pour vous il s’est passé quelques jours, mais pour moi seulement 48 heures. Juste le temps d’atteindre le week-end afin de lire tranquillement au soleil. Bon en vrai c’était devant mon bol de lait au réveil.

J’ai beaucoup plus apprécié ce tome que le précédent. L’histoire prend en profondeur, notamment avec l’apparition d’autres membres de la famille Soma. J’ai du coup été beaucoup plus touchée par ce tome. Revenons donc sur les éléments majeures qui me font changé d’avis sur ce shojo.

Tout d’abord, je reviens sur les trois personnages principaux : Tohru, Yuki et Kyo. Même si Kyo est toujours ce petit insolent, j’ai bien aimé en apprendre plus sur Tohru et surtout sur Yuki. Il révèle une part sombre en lui qui est vraiment intéressante. Tohru, même si son côté naïve m’énerve, gagne aussi en profondeur surtout grâce à sa capacité à apaiser les disputes au sein de la famille.

J’ai beaucoup aimé découvrir la suite de la famille et surtout mon chouchou : Haru ! J’adore le bœuf qui en fonction des moments est ou tout gentil ou tout méchant. C’était lui mon personnage préféré que j’attendais de tout mon petit cœur. J’ai aussi apprécié l’arrivé du frère de Yuki, Ayame le serpent, celui-ci avait totalement disparu de mes souvenirs alors qu’il est responsable de plein de rebondissements comiques.

Enfin pour conclure sur ce qui m’a le plus plu de ce volume, c’est la découverte des conséquences de la malédiction. On voit deux réactions assez opposées dans ce tome. La mère du singe semble totalement folle et s’excuse en permanence de l’existence de son fils (qu’on a toujours pas rencontré d’ailleurs). Puis il y a la mère du lapin… Cette partie m’a fait monté les larmes aux yeux. Face à la malédiction de son fils, elle a choisi d’oublier son existence. Elle a ainsi condamné son pauvre enfant à grandir sans mère…

Et voilà pour le tome 2, je vais me hâter de lire la suite, donc je vous laisse TCHOUZE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *